Pour qui ?

Vous vous sentez concerné par votre bonheur ?

Vous souhaitez donner le meilleur de vous aux autres ?

Vous voulez prendre une place dans le monde ?

« L’ego-responsabilité, un chemin vers le bonheur » 

 

Souvent le terme d’ego nous fait penser à l’égoïsme ou l’égocentrisme.

En fait la notion d’ego fait référence au « je suis », à « j’existe ».

Devenir ego-responsable, c’est prendre en compte ce « je suis ». C’est accepter de prendre en compte notre valeur intrinsèque, arrêter de croire que l’on ne mérite pas telle ou telle chose.

Aucun.e d’entre nous n’a besoin de mériter la paix, l’amour ou la sérénité. Rien de tout cela n’a à être mérité.

Même si les conditionnements de l’enfance ont pu favoriser certaines croyances limitantes ou négatives, notre condition d’Être Vivant implique que tout ce qui est possible, le meilleur, nous est offert.

Réaliser que notre bonheur ne dépend pas des autres ou de l’extérieur, mais plutôt de l’attitude que nous avons envers nous-même nous permet de retrouver notre pouvoir personnel.

Quand nous mettons entre les mains des autres la responsabilité de faire notre bonheur ou quand nous acceptons que l’autre prévaut sur nous, nous perdons la possibilité d’être vraiment nous-même et de nous réaliser.

Chacun.e d’entre nous a une place et la possibilité, je dirais même, la responsabilité de la prendre pleinement. Ce n’est que comme cela que nous pouvons offrir le meilleur de nous.

L’ego-responsabilité implique également de se préoccuper de l’impact que nous avons sur notre environnement. Que ce soient nos proches, les personnes avec lesquelles nous travaillons, celles que nous croisons, nos animaux, la Terre même.

Qu’avons-nous à offrir au monde quand nous nous restreignons, quand nous nous sentons victime des autres ou des circonstances ?

Et que pouvons-nous apporter quand nous rayonnons, que nous sommes rempli.es de joie, d’amour, de paix ?

Même si nous ne sommes pas responsables de l’endroit où nous venons au monde, de la famille dans laquelle nous arrivons, du corps qui nous est donné, nous avons le pouvoir et le devoir de mobiliser le meilleur de nous.

Parfois le chemin est facile et léger, parfois il est plus difficile.

Quand vous partez en randonnée, il y a des passages délicats, ardus. Et aussi des moments de repos, des endroits magnifiques.

La fleur ne se demande pas si la terre de sa voisine est plus riche. Elle ne demande pas d’autorisation pour pousser. Elle s’ouvre, quels que soient sa forme, sa couleur, son parfum. Elle offre ce qu’elle est, simplement. Et c’est ainsi que vous l’appréciez, n’est-ce pas ?

Et quand vous vous arrêtez pour simplement être, parfois, il semble que le temps s’arrête et c’est la grâce qui vous touche.

Et vous êtes comme la fleur. Vous faites partie du monde, vous devenez le monde.